Poissons morts dans la Robine – Le 28 Mars 2006

Une fois de plus (une fois de trop), on a un grave incident de pollution dans la Narbonnaise : des centaines de kilos de poissons retrouvés morts dans la Robine, vers l’écluse de Sainte Lucie, mardi 21 et vendredi 24 mars.

Et, comme chaque fois, on a vu une foule d’administrations intervenir : Conseil Supérieur de la Pêche, pompiers, gendarmes et gendarmes maritimes, policiers municipaux, Affaires Maritimes, Parc Naturel Régional, et nous en oublions sans doute… Nous ne voulons pas revoir l’épisode de la mortalité des flamants roses en février-mars 2005, où l’on n’a jamais su les résultats des analyses, ni connu les causes de la mortalité des 70 oiseaux retrouvés.

Beaucoup trop de services différents sont impliqués et l’on n’arrive plus à savoir qui fait quoi. ECCLA demande donc au représentant de l’Etat, soit le Préfet de l’Aude et son Sous-Préfet à Narbonne, d’assumer sa responsabilité : que les analyses indispensables, tant sur les poissons morts que sur les eaux, soient réalisées très rapidement et que leurs résultats soient rendus publics sans tarder.

Les étangs narbonnais viennent d’être classés à l’inventaire mondial Ramsar des zones humides et le Préfet a eu des mots très forts sur leur fragilité lors de la remise de ce diplôme le 02 février dernier à Peyriac de Mer. Pour défendre nos étangs, il est absolument indispensable de connaître les causes d’un tel accident : crise trophique, manque d’oxygène, herbicides de la SNCF, pesticides agricoles, démoustication…, toutes les hypothèses sont émises et seules des analyses permettront de connaître la vérité et de prendre des mesures sérieuses pour qu’un tel accident ne se reproduise pas.

Messieurs Bastion et Gueydan, les Narbonnais attendent votre réponse d’urgence.

Narbonne, le 28 mars 2006